déconfinement à Toulouse

Alors que le pays s’apprête à amorcer sa première phase de déconfinement, beaucoup d’incertitudes subsistent. Le 11 mai, les règles s’assouplissent un peu, mais tout ne sera pas vraiment comme avant. On fait le point sur la situation.

Coronavirus : où en est l’épidémie en mai ?

Toulouse et la Haute-Garonne ont été relativement épargnées par l’épidémie de coronavirus, qui s’est davantage concentrée dans le nord-est de la France et en Ile-de-France. Si de nombreux signaux d’alertes s’étaient déclenchés en mars et avril, la lente décrue liée au confinement permet aujourd’hui aux hôpitaux de respirer un peu.

Concernant les chiffres, au 3 mai 2020, l’ARS dénombre 7023 cas détectés en Occitanie et un nombre total de 412 décès depuis le début de l’épidémie. 607 hospitalisations sont toujours en cours, dont 132 en réanimation. La Haute-Garonne fait d’ailleurs partie des départements les plus affectés de la région avec le Gard et l’Hérault, même si il faut relativiser ces chiffres. 122 personnes sont aujourd’hui hospitalisées dans notre département, et les services médicaux parviennent pour l’instant à garder la tête hors de l’eau malgré les tensions.

Cela dit, malgré cette marge de manœuvre apparente, de nombreux spécialistes soulignent l’importance d’un déconfinement intelligent pour ne pas risquer la surcharge dans le département. Il est essentiel de mettre l’accent sur la prévention et l’anticipation.

Ouverture des commerces à Toulouse : qui est concerné ?

Le gouvernement assure vouloir trouver un juste milieu pour faciliter une reprise économique, jugée indispensable pour le pays, tout en continuant à contenir l’épidémie pour éviter une seconde vague. Mais ce casse-tête géant laisse encore planer quelques incertitudes.

Le 11 mai, ce sont tout d’abord les écoles qui ouvriront vraisemblablement leurs portes, avec pour principal objectif de faciliter le retour au travail des français. Si cette mesure reste contestée par beaucoup, tant par les parents que par les syndicats d’enseignants, le gouvernement tente néanmoins de rassurer en précisant que l’envoi des enfants à l’école ne sera pas obligatoire. A Toulouse, 1 tiers des écoles maternelles et primaires ouvriront le 11 mai.

Beaucoup d’interrogations subsistent aussi concernant les entreprises, même si l’État a annoncé différentes mesures pour accélérer la reprise de l’activité dans de nombreux secteurs. Si certains magasins avaient déjà commencé à ouvrir ces dernières semaines, la mesure va désormais s’étendre à tous les magasins et commerces non-alimentaires. IKEA, FNAC, Primark mais aussi les coiffeurs, fleuristes et autres petits commerçants pourront notamment rouvrir leurs portes et reprendre une activité normale. Cette reprise devra se faire dans le respect des règles de distanciation sociale et du Protocole National de Déconfinement publié par le ministère du Travail.

Le 11 mai pourrait aussi signer le retour des marchés de proximité à Toulouse. Cette décision revient à la mairie, qui n’a pas encore communiqué à ce sujet. En attendant, les toulousains s’organisent avec des marchés d’initiative et des livraisons de fruits et légumes à la demande.

Il n’est en revanche pas encore question de procéder à l’ouverture des restaurants et des bars. Il faudra encore attendre un peu pour cela. Et si une date préliminaire semble avoir été temporairement fixée en juin, le gouvernement prend des pincettes et assure que les décisions seront prises en fonction de l’évolution de l’épidémie.

Déplacements à Toulouse : fin de l’attestation dérogatoire ?

Avec la fin du confinement pour tous, tout porte à croire que l’attestation de déplacement dérogatoire que nous connaissons disparaîtra le 11 mai. Mais attention, ce ne sera pas tout à fait le cas. Une nouvelle attestation devrait voir le jour pour la remplacer, notamment pour encadrer les déplacements de plus de 100km, qui seront toujours rigoureusement réglementés.

Le gouvernement n’est pas encore très clair à ce sujet, mais les contrôles de police risquent donc de se poursuivre malgré le déconfinement. Il sera sans doute nécessaire de sortir avec une pièce d’identité ou un document pouvant attester de votre adresse physique. Nous restons en attente d’informations complémentaires.

Les déplacements seront aussi facilités par les réseaux de transport en commun de la ville rose. Mais si les métros et bus Tisséo devraient assurer un trafic normal, les capacités des transports devront être divisées par deux afin de respecter les mesures de distanciation sociale préconisées par le gouvernement. A noter que le port du masque sera également obligatoire dans les transports en commun.

Un déconfinement tout en prudence

Le déconfinement annoncé le 11 mai sera placé sous le signe de la prévention et de la sécurité. Le gouvernement fait appel au civisme de tous pour ne pas abuser de la levée des restrictions et faire redécoller la courbe de l’épidémie.

Olivier Véran le précise, la date du déconfinement n’est pas acquise et peut encore changer si le nombre de cas est trop important dans certains départements. Bien qu’il soit peu probable que ces annonces concernent la Haute-Garonne, qui est un département classé en vert sur la carte, une mauvaise gestion du déconfinement pourrait cependant venir remettre en question ces certitudes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *