Les relations Homme-Nature sont un sujet complexe mêlant vécu, croyances et idées reçues. Les médias jouent également un rôle non négligeable dans l’alimentation de nos craintes et phobies : de «Anaconda» aux « Oiseaux » d’Hitchcock, ces images ont terni l’image de la faune sauvage vivant proche de l’Homme.

La question de la cohabitation avec la Nature se pose ainsi souvent, pour un large public, à l’occasion d’expériences conflictuelles émergeant d’un problème de partage de l’espace de vie de l’Homme et celui « dédiée » à la Nature.

Genèse d’une action de sensibilisation

Nature En Occitanie (NEO) agit depuis 50 ans pour préserver la faune, la flore et les milieux naturels. Favoriser un équilibre durable entre activités humaines et la biodiversité est au cœur de ses actions qui s’appuient sur un réseau de 800 adhérents, bénévoles et une équipe salariée pluridisciplinaire.

Chaque année, que ce soit par mail, téléphone ou lors d’animations menées sur la région, l’association reçoit de nombreuses questions portant sur la cohabitation avec la faune sauvage.

En 2009, la recrudescence d’appels liés à des problèmes de cohabitation avec les serpents avec un dénouement souvent tragique, ont encouragé le groupe herpétologique de NEO à organiser une véritable action : « Il y a un serpent dans mon jardin », pilotée par les bénévoles.

En 2014, soutenue par la Région Occitanie et l’Etat, l’association décide d’entériner et d’élargir l’action à toutes les espèces en créant le Pôle de Médiation Faune Sauvage, aujourd’hui constitué de médiateurs bénévoles, salariés, services civiques et de nombreux partenaires aux compétences complémentaires.

Les objectifs de ce pôle sont multiples :

Sensibiliser tous les publics en développant une meilleure connaissance des espèces sauvages locales pour mieux cohabiter,

Conseiller et proposer des solutions concrètes à des problématiques liées à la présence de faune sauvage dans les espaces privés ou publics,

Préserver les espèces et leurs habitats notamment à proximité de l’Homme en prônant la cohabitation et le bon sens.

De par l’action en amont, ce pôle vient en appui aux centres de soins mais également aux territoires, services de l’état ou encore les Services Départementaux d’Incendie et de Secours qui nous sollicitent régulièrement

Des compétences partagées pour une action commune

De l’identification d’une espèce croisée dans son jardin à l’intervention pour un serpent visitant le garage, le pôle a pour ambition première de ne pas laisser le public sans réponse et de lui proposer des solutions durables.

Certains cas sortent néanmoins de notre champ d’action et appellent le réseau de partenaires. En effet, le pôle MFS n’est ni un centre de soins, ni une entreprise de dératisation, ni une fourrière animale ; ces différents statuts nécessitant, outres des autorisations pour les espèces réglementées, des formations et compétences spécifiques. Dans ces cas, notre rôle est d’informer et d’aiguiller le public vers les structures compétentes (centres de soins, services vétérinaires, ONCFS, pompiers…).

Certaines espèces dont les listes sont établies par arrêté ministériel, bénéficient d’un statut de protection strict interdisant la capture, le transport, la perturbation intentionnelle, la destruction et le commerce. De fait, afin d’agir en accord avec la législation, le Pôle MFS est en contact direct avec la DREAL Occitanie.

L’année 2018 a été riche en interventions

Depuis 2009, les interventions ont connu une nette augmentation passant d’une dizaine à plus de 300 référencées en 2018, principalement en Occitanie, les sollicitations hors région étant réorientées vers les associations naturalistes locales. Hormis pour les animaux en détresse, l’intervention sur site, coûteuse en temps et en énergie, n’est pas systématique. L’expérience montre que bien des cas se résolvent à distance grâce au discours et à l’écoute des médiateurs qui se perfectionnent d’année en année, permettant des échanges rassurants et efficaces. Malgré une saisonnalité liée à l’activité des espèces (sorties d’hivernation au printemps pour les reptiles et éclosions / sorties de nids en fin d’été), les sollicitations ont lieu toute l’année.

De par l’ancienneté de l’action « Il y a un serpent dans mon jardin », les interventions recensées révèlent une majorité de cas concernant les « Reptiles » (77%) et notamment les serpents. Comparé à d’autres expériences similaires en France, les cas dédiés aux oiseaux ne sont pas dominants.

Les appels liés aux animaux exotiques sont aujourd’hui anecdotiques cependant nous constatons une augmentation liée notamment à la commercialisation de Nouveaux Animaux de Compagnie dont les serpents font partie.

Former, sensibiliser, accompagner pour mieux comprendre

Afin de proposer des solutions durables, il est important de bien identifier la situation et les espèces concernées. Ainsi chaque année, NEO accompagne les médiateurs dans leur rôle à travers un protocole de réponse, du filtrage des appels jusqu’à l’intervention sur site quand le cas le nécessite, mais aussi via des formations thématiques.

Afin d’optimiser le fonctionnement du réseau et mutualiser le discours de cohabitation, des actions de formation à destination des partenaires et notamment des pompiers sont régulièrement conduites. En 2018, avec le soutien du Fonds pour le Développement de la Vie Associative, 5 sessions de formation ont été menées par Gilles Pottier, herpétologue, avec pour objectifs de présenter l’écologie des serpents, d’identifier ces espèces et leurs habitats sur le terrain et de s’initier à la manipulation « en dernier recours », sans danger pour l’animal et le médiateur.

Le pôle de Médiation Faune Sauvage est finalement un outil qui contribue à changer notre regard sur les espèces que nous côtoyons tous les jours en passant par une meilleure connaissance de notre environnement proche !

Soutenir l’action en participant à la campagne Ulule

Depuis le 21 juin, Nature En Occitanie a lancé une campagne de socio-financement via la plateforme Ulule avec pour objectif d’atteindre 5000€ de participation pour soutenir cette action et continuer d’intervenir !

Si nous atteignons et même dépassons notre objectif, cela permettra de continuer d’apporter des réponses aux sollicitations, d’équiper les médiateurs bénévoles, de prendre en compte les frais de déplacement lors des interventions terrains, d’augmenter la mobilité des médiateurs et leur permettre de proposer des animations de sensibilisation…

https://fr.ulule.com/mediation-faune-sauvage/

Nature En Occitanie

Créée en 1969, Nature En Occitanie, association régionale loi 1901 de protection de la nature, mène de nombreuses actions pour la préservation des habitats naturels, de la faune et de la flore de notre région. Elle s’appuie sur un réseau de bénévoles et une équipe salariée qui agissent en partenariat avec d’autres associations, collectivités et organismes publics, professionnels et particuliers, pour étudier, protéger la nature et sensibiliser à sa diversité et à son rôle. Elle s’est ainsi donnée cinq missions qu’elle met en œuvre sur l’ensemble du territoire régional :

  • Protéger les espèces sauvages et leurs habitats.
  • Sensibiliser les jeunes et les adultes au respect de la nature.
  • Faire Découvrir la nature de notre région.
  • Gérer les espaces naturels pour pérenniser ou retrouver leur richesse écologique.
  • Convaincre les élus et l’administration de protéger ensemble notre patrimoine naturel.

Contacts :

Camille Dyrda, Chargée de communication, Nature En Occitanie c.dyrda@natureo.org

Mélanie Allain et Alexis Santalucia, médiateurs Faune Pôle Sauvage – mediationfaune@natureo.org

En savoir + : Nature En Occitanie – natureo.org / 14-18 rue de Tivoli 31000 Toulouse

www.natureo.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *