isolation du toit

Si vous désirez effectuer des travaux de rénovation énergétique, ou renforcer l’isolation des murs, fenêtres et combles, vous pouvez prétendre à diverses aides financières. L’isolation permet de réduire la consommation d’énergie, et donc de diminuer le montant des factures de chauffage ou d’électricité.

Découvrez dans cet article les aides financières pour l’isolation qui correspondent à des besoins d’éco-rénovation, ainsi que les conditions d’éligibilité à ces aides.

L’isolation, premier levier de l’économie d’énergie

L’isolation de la maison ou des locaux d’entreprise est une étape indispensable lors d’une construction ou d’une rénovation. Les réglementations en vigueur imposent un niveau minimal de performance énergétique, elles concernent aussi bien les nouvelles constructions que les rénovations.

Isoler sa maison permet de réduire les dépenses énergétiques, d’augmenter le confort, et de préserver l’environnement. Pour alléger le budget d’isolation, il est possible de prétendre à des aides financières, des incitations fiscales, ou des possibilités matérielles qui aident dans la réalisation des travaux.

Isolation thermique et phonique, que dit la réglementation ?

La réglementation thermique détermine les niveaux de performance énergétique nécessaires pour isoler les bâtiments. Il s’agit notamment de la réglementation RT 2012 en vigueur, qui impose des seuils de consommation d’énergie, pour les constructions neuves, au même niveau que les exigences des bâtiments basse consommation (BBC).

La loi pour la transition énergétique LTE, en vigueur depuis 2017, impose de renforcer l’isolation des copropriétés et des bâtiments énergivores qui ont une classe énergétique supérieure ou égale à 7. Cette mesure vise à atteindre des niveaux de performance satisfaisants d’ici 2050.

Comment isoler un bâtiment ?

L’isolation est une action primordiale pour une maison individuelle. Elle comprend plusieurs types de travaux, qui présentent tous un retour sur investissement intéressant en termes de réduction des factures d’énergie.

L’isolation la plus rentable, qui procure des économies d’énergie à long terme, est celle des combles et de la toiture, ensuite vient l’isolation des murs et en troisième position la rénovation du système de chauffage.

L’isolation d’une maison est effectuée soit par l’intérieur soit par l’extérieur, elle peut être thermique ou phonique. Chacune de ces possibilités donne lieu à des aides financières spécifiques, selon des critères d’éligibilité bien précis. Ces aides permettent aux propriétaires de diminuer leur consommation d’énergie, de réduire leurs factures et d’assurer un meilleur confort au sein de leur habitation.

Les aides pour l’isolation phonique

Ces aides concernent notamment l’insonorisation des logements proches des aéroports listés sur un plan de gêne sonore (PGS). Les études acoustiques préalables, ainsi que les études pour la réalisation des travaux sont entièrement prises en charge, dans le cas de proximité avec un des 10 aéroports listés dans le plan.

Les aides PGS peuvent être cumulées avec une subvention de l’Agence nationale pour l’habitat (ANAH), dont le montant est calculé selon un pourcentage appliqué à la dépense subventionnable. Ce taux varie entre 20 et 70%, selon plusieurs critères, parmi lesquels les conditions de ressources.

Les aides pour l’isolation thermique

Depuis l’entrée en vigueur de la loi 2015 sur la transition énergétique pour la croissance verte, de nombreuses aides ont été instaurées, augmentées ou maintenues. Pour obtenir ces aides, le propriétaire est obligé de faire appel à un artisan certifié reconnu garant de l’environnement (RGE).

Il est également possible de bénéficier de prêts économie d’énergie, comme l’éco-PTZ, le PAH (prêt à l’amélioration de l’habitat), ou les prêts bancaires à taux réduits.

Les propriétaires désirant entreprendre des travaux d’isolation peuvent aussi prétendre au CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique), qui consiste en une déduction de l’impôt.

Il est à noter que pour les travaux qui répondent aux conditions d’éligibilité du CITE ou de l’éco-PTZ, une réduction de 5,5% de la TVA est accordée pour la main d’œuvre et les équipements. Enfin, d’autres aides spécifiques sont disponibles, accordées par l’ANAH, l’ADIL, l’ANIL ou par les communes et les départements, sans oublier les primes proposées par les fournisseurs d’énergie.

Une exonération de la taxe foncière peut même être accordée dans le cadre d’une construction neuve, si l’isolation conduit à une maison passive ou à un bâtiment basse consommation.

Qui est éligible aux aides financières pour l’isolation ?

Les aides de l’ANAH

L’ANAH propose des aides aux propriétaires (occupants ou bailleurs) qui désirent effectuer des travaux énergétiques.

Pour pouvoir en bénéficier, le logement doit avoir au minimum 15 ans. L’octroi des aides dépend des ressources du ménage et du nombre de personnes composant le foyer. Le montant des travaux d’isolation ne doit pas dépasser 20 000 euros, et ils doivent avoir un impact sur performance énergétique. Cette performance doit être améliorée de 25% pour un occupant et de 35% pour un bailleur.

Isolation des fenêtres et des combles

Il est possible de prétendre au crédit d’impôt de la prime énergie, lors de travaux d’installation de doubles ou triples vitrages. Pour cela, le vitrage doit avoir un coefficient de transmission thermique inférieur ou égal à 1,4 W/m² K pour une fenêtre en bois, et à 1,8 W/m² K pour une fenêtre en aluminium.

L’isolation des combles bénéficie des aides classiques comme le CITE, l’éco-PTZ, les subventions de l’ANAH, la TVA à taux réduit ou les primes des fournisseurs d’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *